Un chouchou offert avec chaque commande :)

A propos



Une association mère-fille

 » J’ai toujours travaillé dans la mode et également avec des jeunes créateurs (mon dernier job était manager du service VIP chez Vestiaire Collective pendant trois ans), et ma mère Cléo est une couturière diplômée. Elle fourmille et a une énorme passion pour la couture : la majorité de son temps est passée dans son atelier dans notre maison familiale.

Avec MaisonCléo, nous nous associons pour vous proposer des pièces simples mais travaillées (tout est fait main), toujours dans de belles matières naturelles déstockées, qui est un autre point important pour nous. Les marges et les prices sont calculées de la manière la plus juste possible et sont expliquées sur chaque fiche produit. L’idée est de partager son savoir-faire et de rendre made in France accessible à tous. 

Pourquoi Cléo ? C’est le surnom de ma mère depuis sa vingtaine. Les vieux amis l’appellent toujours « Cléo » et jamais par son vrai prénom. Cléo fait référence à Cléopâtre et aux cheveux courts noirs, à l’eyeliner noire et aux gros bijoux dorés qu’elle portait dans sa jeunesse. Ma mère a toujours assorti sa tenue avec un chouchou, c’est donc pour cela que nous offrons un chouchou assorti avec chaque commande fait dans les restes du tissu.

J’utilise aussi cette plateforme dans le but de sensibiliser les gens sur l’industrie de la mode et en particulier sur la fast fashion qui ne créée pas seulement des dommage sur la planète seulement mais aussi sur santé de pleins de gens. Acheter un vêtement n’a jamais été une action aussi concrète qu’il est possible de faire par soi-même si on veut que le changement arrive. »

Marie




et parce que cette marque est une histoire de famille…

Toutes les pièces possèdent un nom qui fait référence à une des femmes de notre famille,

et voici ci-dessous l’histoire de deux femmes qui ont pu rendre sa création possible.





Louise, the grandmother of my grandmother in the l900s wearing a outfit handmade by her

Louise, la grand-mère de ma grand-mère. Quand ma grand-mère parle d’elle, c’est toujours le terme « grand dame » qui lui vient à l’esprit pour la décrire.

Louise, née au 19ème siècle, a eu trois maris et a divorcé trois fois, ce qui était très moderne pour une femme de son temps.
C’était une grande couturière, elle était à la tête d’une usine de couture avec 13 couturières. Même si elle était située dans le nord de la France, certaines de ses clientes venaient de Paris pour avoir un rendez-vous avec elle et obtenir une de ses robes faites sur-mesure ! Sur les étiquettes de marque retrouvées ses robes, on pouvait lire « Bourel Guillaume » -nom de son mari à ce temps là et son nom de jeune fille- et elles étaient brodées à la main avec un fil doré. 






 
 



Et voici Louisette, la petite fille de Louise et ma grand-mère ! A chaque réunion de famille, elle est toujours élégante et habillée de ses plus belles pièces (évidemment faites par ses soins). Sa grand-mère Louise lui a appris à coudre à l’âge de 14 ans. Elle n’a ensuite jamais acheté de vêtements pour elle ou pour ses quatre enfants, leur faisant tous leurs habits : salopettes, pantalons, ensembles… La couture était avant tout pour elle une passion, comme c’est le cas pour ma mère. Elle adorait habiller ses trois filles de la même façon et adorait aussi faire du crochet ou tricoter…

C’est donc grâce à ces deux femmes que ma mère Nathalie alias Cléo a commencé à coudre. Ma grand-mère l’a d’abord envoyé prendre des cours de coutures, puis elle a rejoint une école et a fini première de sa promo avec une publication dans le journal local dans les années 80.